Le puy de Wolf, massif de serpentinite (Aveyron, juin 2021)

Situé au nord-est de Firmi, le Puy de Wolf, n’est ni un volcan, de part son nom, ni un terril, de par sa forme et la proximités des mines de Decazeville. Culminant à 596 m, ce massif rocheux dénudé est le plus grand massif de Serpentinite d’Europe. Il s’agit d’une roche océanique très ancienne (400 millions d’années). De composition minérale particulière, la serpentinite est une roche métamorphique, qui se forme au niveau des dorsales océaniques où le magma est altéré par des fluides hydrothermaux.

Par sa nature, chargée en magnésium, fer et autres métaux lourds, la serpentinite est peu adaptée aux plantes., voire toxique. Ainsi, ce sont des plantes rares et originales qui poussent sur les pentes du Puys de Wolf, dont certaines sont endémiques, comme l’Euphorbe de Costes. La richesse du site a donné lieu à un classement en zone Natura 2000.

Ma balade au Puy de Wolf

Je suis allé seul à la découverte du Puy de Wolf, Sophie n’étant tentée et voulant se reposer. La météo est nuageuses, mais en arrivant à Firmi, une averses se déclenche. Etant presque arrivé, je décide de poursuivre ma route pour repérer les lieux. J’attaque l’ascension en voiture, par l’accès fléché à partir de Firmi. La route est sinueuse et de plus en plus étroite. J’espère ne pas avoir à croiser une voiture, qui obligerai l’un ou l’autre à repartir en marche arrière. Doucement, la pluie s’estompe et je fini ma route sur un petit parking. La pluie a cessé et des nuages s’élèvent de la vallée. Je décide donc de faire ma balade, après avoir chaussé mes chaussures de marches.

Je suis le chemin qui mène vers le sommet tout proche, en observant la flore présente au abords du chemin. Des blocs de serpentinite affleurent partout et je cherche les plantes rares ou endémiques, présentes sur le site. Des orpins sont assez présents, mais je fini par trouver des Doradille de Marante et le Tabouret de Firmi. Les genets purgatifs sont facilement reconnaissables, bien qu’ils ne soient pas en fleur. Doucement, j’arrive au sommet où qui dispose d’une table d’orientation. Les nuages bas ont disparu me lassant un beau panorama sur la vallée. Je poursuis ma vadrouille dans les environs de ta table d’orientation et repart au travers la lande, à la découverte du site et ses richesses. La faune est peut visible, certainement de fait de l’averse qui a précédée mon arrivée, mais des papillons font leur apparition, notamment plusieurs Demi Deuil. Sur des Armérie faux-plantain, se trouve plusieurs Téléphore fauve. En fin de promenade, j’observe un Circaète-jean-le-blanc, voler au dessus du massif.

La visite était intéressante, et il est fort probable que je revienne ultérieurement, par un temps plus clément.

Galerie photo de ma balade au Puy de Wolf

Plus d’informations

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.